La règle sur les sociétés contrôlées de la directive

Prof. Dr. iur. Robert Danon
CHF 59.85

Inhalt

 

tion

 

 

 

2 Présentation de la directive ATAD

 

 

 

2.1 Finalité et principes directeurs

 

 

 

2.2 Bases juridiques

 

2.2.1 En général

 

2.2.2 Principe de subsidiarité

 

2.2.3 Principe de proportionnalité

 

 

 

2.3 Champ d’application et impôts couverts

 

 

 

2.4 Mesures visant à lutter contre l’évasion fiscale

 

2.4.1 Les mesures anti-abus de l’ATAD

 

2.4.1.1 Règle de limitation des intérêts (art. 4)

 

2.4.1.2 Imposition «à la sortie» (art. 5)

 

2.4.1.3 Clause anti-abus générale (art. 6)

 

2.4.1.4 Dispositifs hybrides (art. 9)

 

2.4.2 La réserve de mesures anti-abus plus larges (art. 3)

 

 

 

3 Etude critique de la règle SEC de l’ATAD (art. 7 – 8)

 

 

 

3.1 Considérations générales de politique fiscale sur les règles SEC

 

 

 

3.2 Champ d’application

 

3.2.1 Champ d’application subjectif

 

3.2.2 Champ d’application objectif

 

3.2.2.1 Seuil de participation minimum

 

3.2.2.1.1 La règle de l’ATAD

 

3.2.2.1.2 Comparaison avec les règles SEC françaises, italiennes et allemandes

 

3.2.2.2 Seuil d’imposition minimum

 

3.2.2.2.1 La règle de l’ATAD

 

3.2.2.2.2 Comparaison avec les règles SEC françaises, italiennes et allemandes

 

3.2.2.3 Le problème de l’augmentation volontaire du taux d’imposition

 

3.2.2.3.1 Dans le cadre de l’ATAD

 

3.2.2.3.2 Comparaison avec les règles SEC françaises, italiennes et allemandes

 

 

 

3.3 Modèle dit «catégoriel»

 

3.3.1 Revenus visés

 

3.3.1.1 La règle de l’ATAD

 

3.3.1.2 Comparaison avec les règles SEC françaises, italiennes et allemandes

 

3.3.2 Mécanisme de calcul

 

3.3.3 Clauses de minimis

 

3.3.4 Clause de sauvegarde fondée sur la substance

 

3.3.4.1 Relations intra-UE

 

3.3.4.1.1 La règle de l’ATAD

 

3.3.4.1.2 Comparaison avec la jurisprudence Cadbury Schweppes

 

3.3.4.1.3 L’importance du principe de l’interprétation conforme

 

3.3.4.2 Relations avec les Etats tiers

 

3.3.4.2.1 La règle de l’ATAD

 

3.3.4.2.2 Comparaison avec les règles SEC françaises et italiennes

 

3.3.4.2.2.1 La clause de sauvegarde française

 

3.3.4.2.2.2 La clause de sauvegarde italienne

 

3.3.4.2.3 Synthèse

 

3.3.4.3 Critique au regard du principe de subsidiarité et de proportionnalité

 

3.3.4.4 Relation avec l’action BEPS N 5 (patent box)

 

 

 

3.4 Modèle dit «transactionnel»

 

3.4.1 Principe et mécanisme de calcul

 

3.4.2 Clause de minimis

 

 

 

3.5 Elimination de la double imposition

 

 

 

4 La compatibilité de la règle SEC de l’ATAD avec la libre circulation des capitaux dans les relations avec la Suisse

 

 

 

4.1 Le problème

 

 

 

4.2 L’applicabilité de la libre circulation des capitaux

 

 

 

4.3 L’existence d’une restriction à la libre circulation des capitaux

 

 

 

4.4 Le caractère injustifié de la restriction

 

 

 

4.5 Le problème des droits acquis de l’art. 64(1) TFUE

 

 

 

5 La règle SEC de l’ATAD et la déclaration commune Suisse-UE d’octobre 2014

 

 

 

6 Résumé et conclusions

 

 

 

6.1 La règle SEC de l’ATAD et le droit de l’Union européenne

 

6.1.1 La compatibilité avec les principes de subsidiarité et de proportionnalité

 

6.1.2 La compatibilité avec les libertés fondamentales à l’intérieur de l’UE et de l’EEE

 

6.1.3 La compatibilité avec la libre circulation des capitaux dans les relations avec les Etats tiers

 

 

 

6.2 La règle SEC de l’ATAD et la déclaration commune

 

Suisse-UE d’octobre 2014

 

 

 

6.3 La cohérence avec le projet BEPS

 

 

 

6.4 Perspectives concrètes

 

Bibliographie

 

Documents officiels

 

Autor: Prof. Dr. iur. Robert Danon

Produkt ist ein Teil von:

2016/4 IFF Forum für Steuerrecht

Dr. iur. Alberto Lissi
CHF 106.00